Cimetières du Mellois



(cimetieresmellois.fr)



15/11/2011

Cimetière de LUSSAIS (CHEF BOUTONNE)

MAJ le 24/07/2018


Tombes de Trois Fusillés







CHARLES LAINE

FUSILLE LE 19 AOUT 1944

A NIORT

A L'AGE DE 40 ANS


RAYMOND KOPP

« ALIAS PAROUTY »

FUSILLE LE 19 AOUT 1944

A NIORT

A L'AGE DE 30 ANS


RENE GOGUELAT

FUSILLE LE 19 AOUT 1944

A NIORT

A L'AGE DE 32 ANS






















Source photo: Mémorial Genweb








Le 4ème « fusillé » Louis PROUST est enterré au cimetière de JAVARZAY (CHEF BOUTONNE)





Article du 26/08/2011




Cette plaque est installée sur un mur de la place où se trouve l'église de Javarzay



19/08/2014 70ème anniversaire cliquez sur la photo pour en savoir +



19/08/2016 nouvel hommage annuel organisé par l'ANACR



La commune de CHEF BOUTONNE avait fait nettoyer cette tombe et les plaques commémoratives (Merci)



Ci dessous le discours de Claude GADIOUX président de l'ANACR de SAUZE VAUSSAIS a lu devant cette tombe le 19/08/2016

DISCOURS CHEF BOUTONNE

Le 19 Août 2016



Mesdames-Messieurs Chers amis.



L'association nationale des anciens combattants et amis de la résistance

de Sauzé Vaussais

et la municipalité de Chef Boutonne, vous remercie très sincèrement de votre

présence, et de ce fait vous nous montrez toute l'importance que vous accordez

à notre action, et aux valeurs que furent celles de la résistance.



Chaque année, à la même date, il en va de notre devoir, de rendre hommage à

ces trois résistants reposants ici même dans ce petit cimetière de Lussais.

Raymond Kopp 30 ans, René Goguelat 32 ans, Charles Lainé 40 ans.



Ils étaient de ceux qui ne pouvaient accepter l'asservissement de leur pays, l'obéissance à l'occupant, et à l'État collaborateur.



Héros, ils le furent tous les trois, leur détermination était commune et sans vouloir centraliser les honneurs sur un même homme,

comme dans certaines séries Américaines, il nous est indispensable de parler malgré tout de Mr Raymond Kopp.

Alsacien d'origine, contraint d'intégrer la gendarmerie Allemande, et ne faisant

pas mystère de ses sentiments anti- Allemand, il déserte en juillet 1942, et rejoint la résistance Française.



Il séjourne en Dordogne,puis dans le Confolentais, et arrive en juin 1944

dans le sud Deux Sèvres.

Il sert dans l'armée secrète des forces françaises de l'intérieur

sous le grade et le nom de lieutenant Parouty.



Il installe son poste de commandement dans l'hôtel des voyageurs de Mr Mesnard,

à Chef Boutonne. Et de nos jours encore nous pouvons voir sur la façade du bâtiment, une plaque en sa mémoire



Son activité est intense est audacieuse

il s'entoure d'hommes dont le courage ne fait pas défaut, et participe

le dimanche 13 Août 1944 à la libération de Melle , et à la prise de la distillerie.

C'est une victoire......la garnison Allemande est vaincue.



Mais victoire de courte durée puisque le lendemain 14 Août, à ce même endroit,

une patrouille de reconnaissance Allemande arrête le lieutenant Parouty

accompagné de ses deux camarades

René Goguelat et Charles Lainé .



Bien sur la suite nous pouvons l'imaginer, ils sont conduits à la caserne Duguesclin,

sauvagement torturés ils seront fusillés le 19 Août 1944 dans la vallée de Chizon près de Niort.



Enterrés sur place, ils ne seront retrouvés et reconnus que le 21 septembre

suivant avant d'être inhumés à cet endroit....

Et par conséquent la fin d'un long cauchemar

A vous trois

dirons nous assez la dette et la reconnaissance que nous vous devons.

Soldats de l'ombre, vous avez au prix de votre vie redonné à la France

toute sa grandeur,sa dignité,

et vous rendre hommage aujourd'hui n'a rien de passéiste.



Si nous sommes réunis ensembles dans ce cimetière, c'est bien pour manifester

Que cette journée appartienne à l'histoire, à notre histoire,

mais aussi qu'elle soit un guide pour le temps présent, et un appel pour l'avenir...



Aujourd'hui encore le refus de l'autre, le racisme, l'antisémitisme,

et l'égoïsme frénétique

d'une minorité possédante nourrit toujours le ventre,

le ventre d’où sortit la bête immonde....



Un peuple sans mémoire, est un peuple sans défense....





Dépôt de gerbe





En souvenir de leur sacrifice librement consenti, je vous demande une minute de silence.





RENE – RAYMOND – CHARLES

reposez en paix



JE VOUS REMERCIE



Et si vous le voulez bien , nous allons maintenant au cimetière de Javarzay

rendre un hommage au jeune résistant que fût Louis Proust.





Nom : LAINÉ Prénoms : Charles Auguste Frédéric

Informations militaires et Résistance Conflit : 1939-1945

Grade, unité : caporal-chef - [Résistance] - Résistance Membres de la Résistance Complément : F.F.I.- A.S.

Autres informations militaires : Engagé volontaire dans les F.F.I. en mars 1944 , avait participé avec le lieutenant PAROUTY à l'attaque de Melle où ils avaient fait prisonnier des militaires allemands utilisés comme otages par le maquis de Lussais - Membre d'un commando de 3 FFI habillés en uniforme Allemand sous les ordres du Lieutenant KOPP dit PAROUTY pour prendre le contrôle de la distillerie de Melle ( 79 ) qui fabriquait de l'essence destinée aux Allemands - Le Lieutenant PAROUTY avait participé activement à l'évasion du Général GIRAUD - Ces 3 FFI ont été trahis par la présence d'un drapeau tricolore qui était dans le coffre arrière de la voiture qui les transportait à Melle - Capturés au cours d'un contrôle routier par l'ennemi, et identifiés par un mouchard , fusillés par la suite - Pas de fiche MdH

Naissance Date : 30/05/1904 Département : 75 – Paris Commune : Paris 12



Situation familiale : Fils de Raoul Charles désiré LAINÉ et de Jeanne-Marie PATY, marié le 24/11/1930 à Niort (79) avec Jane Simone BÉGUIER , trois enfants -



Adresses : Lussais par Chef-Boutonne (79)

Décès Date : 19/08/1944 (40 ans) Département : 79 – Deux-Sèvres Commune : Niort

Lieu, complément : Stand de tir de Chizon par Sainte Pézenne

Genre de mort : Fusillé(e) / Exécuté(e)

Mention Mort pour la France : Oui



Autres informations

Commis principal des services financiers de l'Afrique Occidentale Française, en poste avant la guerre à Dakar (Sénégal) n'avait pu rejprendre sa mission en novembre 1942 à la suite de l'envahissement de la zone libre

Source :



Nom : KOPP Prénoms : Marie Joseph Raymond

Informations militaires et Résistance Conflit : 1939-1945

Grade, unité : Lieutenant - [Résistance] - Résistance Membres de la Résistance

Complément : F.F.I.- A.S.

Autres informations militaires : Alias AUBRY et Lieutenant PAROUTY dans la clandestinité - Engagé volontaire en 1935 au 23e R.I. à Nancy , prisonnier de guerre dans les Vosges en juin 1940 , selon des proches de sa famille aurait été libéré en juillet 1940 et contraint d'entrer dans la Feldgendarmerie , déserte en juillet 1942 au moment d'être envoyé sur le Front de l'Est, condamné à mort par contumace par un tribunal de guerre du Reich, représailles sur sa famille, son épouse divorce, s'évade par la Suisse rejoint les services secrets militaires français, il avait participé activement à l'évasion du Général GIRAUD, est caché dans l'Armée d'Armistice jusqu'à la dissolution de novembre 1942 - Passe au maquis de l'Armée Secrète - Après une mission d'échanges de prisonniers, déguisés en soldats allemands pour prendre le contrôle de la distillerie de Melle ( 9) qui fabriquait de l'essence destinée aux Allemands , capturés au cours d'un contrôle routier par l'ennemi, trahis par la présence d'un drapeau tricolore qui était dans le coffre arrière de leur voiture , identifiés par un mouchard - Fusillés ensemble - Médaille de la Résistance, chevalier de la Légion d'Honneur, Croix de guerre à titres posthumes

Décorations Légion d'HonneurCroix de GuerreMédaille de la résistance



Naissance Date : 20/06/1914 Département : 57 - Moselle

Commune : Hoff - Pour info, « Hoff(57) » s'appelle « Sarrebourg(57) » depuis le 01-04-1953 - Fusion simple



Situation familiale : Fils de Marie Joseph Paul KOPP, professeur de latin et de Grec, et de Marie-Thérèse ROSSÉ son épouse, marié le 4/04/1936 à Strasbourg avec Marie HOEFFEL, pére de deux garçons et d'une fille , divorcé, en couple avec Édith AUBRY PAROUTY, d'où deux enfants.

Décès Date : 19/08/1944 (30 ans)

Département : 79 - Deux-Sèvres

Commune : Niort

Lieu, complément : Stand de tir de Chizon par Sainte-Pezenne

Genre de mort : Fusillé(e) / Exécuté(e)

Mention Mort pour la France : Oui, cote AC 21 P 61072

Inhumation

Département : 79 - Deux-Sèvres

Commune : Chef-Boutonne

Lieu : Cimetière communal

Prénom usuel Raymond - Plusieurs rues portent son nom - Repose avec deux compagnons : Charles LAINÉ et René GOGUELAT fusillés avec lui

source :



Nom : GOGUELAT Prénoms : René

Informations militaires et Résistance Conflit : 1939-1945

Grade, unité : Maréchal des logis - [Résistance] - Résistance Membres de la Résistance

Complément : F.F.I.- A.S.

Autres informations militaires : Membre d'un commando de 3 FFI habillés en uniforme Allemand sous les ordres du Lieutenant KOPP alias PAROUTY pour prendre le contrôle de la distillerie de Melle ( 79 ) qui fabriquait de l'essence destinée aux Allemands - Le Lieutenant PAROUTY avait entre autres participé activement à l'évasion du Général GIRAUD - Le commando a été trahi par la présence d'un drapeau tricolore dans le coffre arrière de la voiture qui les transportait à Melle - Capturés au cours d'un contrôle routier par l'ennemi, et identifiés par un mouchard , fusillés par la suite.

Naissance Date : 22/02/1912

Département : 94 – Val-de-Marne Commune : Villeneuve-Saint-Georges

Situation familiale : Fils de Jean GOGUELAT, terrassier, et de Marie-Louise TURPIN, infirmière - Veuf de Marie-Madeleine VIDAUD , parents de deux enfants: Yvette née en 1937 et Jean né en 1942 -



Adresses : Villeneuve-Saint-Georges (94)

Lussais (79)

Décès Date : 19/08/1944 (32 ans)

Département : 79 – Deux-Sèvres Commune : Niort

Lieu, complément : Stand de tir de Chizon par Sainte Pézenne

Genre de mort : Fusillé(e) / Exécuté(e)

Mention Mort pour la France : Oui, cote AC 21 P 195613

Inhumation

Département : 79 – Deux-Sèvres Commune : Chef-Boutonne

Lieu : Cimetière communal de Lussais

Carré, rang, tombe :

Autres informations

Employé de banque, il passe dans la clandestinité de l'Armée Secrète début 1944 , avait rejoint le maquis à Lussais d'où était originaire son épouse et où demeurait sa belle-mère - Une grande messe à sa mémoire fut dite au couvent des Dominicains à Paris le 31/01/1945 - Sa fille Yvette veuve de Gaston HERMANT est décédée en 2010 -

source :