BLENOD LES TOUL (79)

Visite du Septembre 2020

Mise en ligne le 16/09/2020

Eglise Saint Médard








**












HUGO DES HAZARDIS LXVII TULLEN ANTISTES TEMPLUM HOC UBI XTIANAE RELIGIONI VAGIENS INITIATUS FUERAT VETUSTATE COLLAPSUM A FUNDAMENTIS RESTAURAVIT ET AMPLIAVIT DIVOQUE MADARDO DICAVIT ANNO DOMINI MCCCCCXII, PRAESULATUS SUI VI




































L'abbé Guillaume a donné en 1843 une traduction de l'épitaphe9 :

« Hugues, de l'ancienne et honorable famille des Hazards, né à Blénod, y fut initié, dès son bas âge, aux premiers éléments des belles-lettres. Ayant ensuite acquis à Toul, à Metz, à Dijon, les meilleurs principes de la Grammaire, il se rendit à Sienne où, pendant sept années et aux frais de ses parents, il donna tous ses soins à l'étude de l'un et de l'autre Droit. Après de remarquables études, décoré du titre de docteur, il alla à Rome pour y exercer la charge d'avocat. Mandé par l'illustrissime roi de Sicile, duc de Lorraine et de Bar, René II, il revint en Lorraine et fut élevé à la dignité de Prévot de Saint-Georges de Nancy. Hugues, si recommandable par ses vertus religieuses et sociales, si dévoué aux intérêts de son pays, fut créé, par le même roi de Sicile, président des États de Lorraine et aussi président de son Conseil. Il montra envers les puissants et les princes, dans les différentes légations dont il fut chargé, une rare prudence, une bonne foi singulière, un tact particulier. Le doyenné de la basilique de Metz étant venu à vaquer, les Chanoines, à l'unanimité, le firent leur doyen. Ensuite, Olry de Blâmont, évêque de Toul, étant mort, les chanoines de cette Église, d'une voix unanime et comme inspirés par le souffle divin, l'élurent, quoique absent, pour premier pasteur. Le pape Jules II confirma son élection et lui donna l'abbaye de Saint-Mansuy, alors vacante. Il administra son diocèse et sa communauté avec impartialité, piété, prudence et justice, et, quoiqu'il fût appliqué aux affaires les plus difficiles du pays, on ne le vit que rarement ne pas embellir de sa vénérable présence, aux grandes solennités de l'année, les lieux soumis à son autorité. Le très-illustre duc Antoine, fils du roi René et son légitime héritier après la mort de son père, environna le pontife des Hazards d'une égale bienveillance et le combla d'honneurs. Après avoir élevé, depuis les fondements, ce magnifique temple de St.-Médard, la citadelle et le palais de Blénod ; après avoir réparé presque la moitié de l'abbaye de St.-Mansuy, réparé et doté plusieurs chapelles, renouvelé les ponts en plusieurs endroits de son diocèse, ménagé, du pied des montagnes et par les conduits souterrains, plusieurs fontaines, et formé des réservoirs à l'usage des hommes et des animaux, il ordonna que, chaque année, son obit fût célébré avec une solennité décente, dans l'Église de St.-Gengoult de Toul et dans cette Église de Saint-Médard. Enfin, le 14e jour du mois d'octobre de l'an 1517, le 63e de son âge et de son épiscopat le onzième, au grand regret de tous, il quitta la vie et reçut la sépulture, en présence d'une foule imposante de personnes, dans cette Église de Saint-Médard, que, plein de souvenirs pour son pays natal, il avait, de son vivant, fait construire avec bonheur. Priez pour lui. »









**




**












St Médard Patron de cette Paroisse


































DIAPORAMA ==>>



Photos complémentaires ==>> accès reservé





Lustre de BLENOD LES TOUL




Un lustre semblable est visible dans l'église voisine de VANNES LE CHÂTEL